Pelchitude

26 décembre 2004

En attendant la mort.

Je vais écrire un blog.

Si tu recherches, oh lecteur indésirable, une ribambelle de "lol kikou" et de "j't'adoooooore T tro gènial" : passe ton chemin, tu m'agaces déjà.
Si tu attends, oh lecteur tâtillon, des réflexions profondes sur la vie, l'univers et le reste : c'est pas gagné.
Si tu es avide, oh cliqueur fou, de liens dans tous les sens avec plein des "zolies tofs" (dont certaines de donzelles fortement dénudées) : casse-toi !
Si tu cherches, oh rationnel lecteur, un discours sensé, pondéré, et dont le fil jamais ne te prendra à rebrousse-poil : va vite voir ailleurs, j'ai des relents schizoïdes dans l'âme.
Et si tu espères quoi que ce soit, oh lecteur lisant, nous n'allons pas forcément nous entendre. L'espoir, tu sais...

Oh ! J'ai failli oublier : si tu crois que par ici ça va causer gothique ou toute autre chose dans ce genre, prend vite tes jambes à ton cou. Il me fallait un titre et ce titre, je le trouve bien. Un soupçon de fatalisme, de nos jours, c'est classe. De là à m'habiller en noir et à relire l'apocalypse, il y a une marge que je ne franchirai jamais. Mais je n'ai rien contre toi, je te le concède. Tu serais même du genre à me faire sourire, chose inattendue et plutôt agréable. De mon point de vue bien-sûr.

Hasard ou pas, voilà que je me lance dans un blog (quelle horreur!) le jour de l'anniversaire de celle que j'aime (je crois) toujours et que j'ai quitté lâchement il y a un peu plus de trois ans. Faut-il être con. Donc joyeux anniversaire à elle et que sa vie soit belle. Perso, j'attend...

Posté par AustinTrain à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]